OPERATION NICHOIRS

OPERATION NICHOIRS

Les oiseaux du bois de la Perche aux Mares


Une bonne partie des bénévoles de l’association était mobilisée, ce samedi 13 février, par la neige et le gel et ce dimanche 21 février, sous un soleil printanier, pour procéder au repérage des arbres propices puis à la pose des nichoirs.

Ils étaient pilotés pour le repérage par M.Letourneau, délégué du groupe local de Rambouillet de la Ligue pour la protection des Oiseaux (LPO), qui les appuie de sa compétence depuis l’origine du projet , en présence de M.Baron adjoint à l’environnement, et pour la pose par M.Goyer, spécialiste du travail dans les arbres, accompagné de MM. Tancart, naturaliste, Causse, pilote de drone et Dando.

L’association Le Perray Vert s’est mobilisée depuis 2019, pour la préservation de l’espace naturel de La Perche aux Mares, gravement menacé de destruction par un projet d’urbanisation massive.

La nouvelle municipalité, dirigée par M.Bax de Keating, a suspendu toute opération d’aménagement sur le site. C’est pourquoi l’association a obtenu son accord pour le projet qu’elle développe d’installer des nichoirs à oiseaux et chauve-souris sur les parcelles communales. C’est un projet qu’elle a présenté avec succès à la première session du budget participatif écologique de la région Île de France, grâce aux nombreux votes des perrotins et franciliens en sa faveur.

Une première étape :

Dans la reconquête de la biodiversité, déjà bien présente au travers des quarante espèces d’oiseaux -dont 29 protégées- qui ont été recensées au cours de trois campagnes d’observations sur le terrain, en mars, mai et juin 2020, effectuées par MM. Letourneau et Dieu et Mme Roumier, l’association entend bien s’appuyer sur le plus d’expertises scientifiques possibles

Les 15 nichoirs posés concernent les espèces petites mésanges (bleues, nonnettes…), semi-cavernicoles (rouge-gorge familier, troglodyte mignon..) et grimpereaux, plus un gîte à écureuil roux.

Resteront à poser : 7 nichoirs à passereaux plus gros (mésange charbonnière, sittelle torchepot, moineau domestique). Plus un nichoir à chouette hulotte et 10 gîtes à chauve-souris.

Les nichoirs aident nos amis ailés en gagnant entre vingt et trente ans, car ces arbres sont souvent trop jeunes pour abriter des cavités susceptibles de servir de refuges, faisait observer M.Letourneau.

Des chevreuils et des sangliers ont déjà été observés sur ce site, nous constatons également des traces de passages de gros cervidés. Les plus courants, sont les chevreuils, mais aussi les biches et sangliers. Nous avons également constaté sur un arbre couché au sol et couvert de neige, des traces probables de renard mais qui faisaient penser aussi au passage d’un mustélidé (fouine).

Tout cela montre bien que l’endroit s’inscrit dans une trame verte et bleue (Grenelle de l’Environnement), qui s’inscrit dans ce corridor écologique qui va de l’étang de Pourras et de Saint Hubert au nord, jusqu’à la forêt de Rambouillet au sud, en passant par l’étang du Perray et la Perche aux Mares.

Protéger cette biodiversité :

L’association, avec l’aide de spécialistes, entend bien poursuivre ses investigations concernant d’autres espèces comme des amphibiens.

Il faut considérer que suite à une pression foncière considérable en Ile de France et la disparition de zones agricoles, 44 % des espèces d’oiseaux qui s’y trouvent ont disparues entre 2004 et 2017.

L’association, comme la LPO, insistent sur le fait qu’il est nécessaire de respecter la période de nidification des oiseaux, entre fin mars et fin août en ce qui concerne les abattages et tailles d’arbres et pour des haies qui abritent des nids

Concernant l’espace naturel de la Perche aux Mares, la municipalité va entamer prochainement la révision de son plan local d’urbanisme(PLU).Le souhait de l’association est bien entendu que dans un respect de cohérence avec celles qui le sont déjà, les parcelles concernées soient classées non constructibles.

Protégé en grande partie de la pollution lumineuse, exemple de préservation contre l’artificialisation des sols, cet espace naturel joue de surcroît parfaitement son rôle régulateur dans ce point bas du Perray de déversoir éventuel des eaux de ruissellement. Les rigoles qui s’y trouvent sont elles-mêmes source de biodiversité.

Informer et associer la population :

L’association entend bien, dès que ce sera possible, poursuivre dans ce but et tente d’associer à son action tous ceux et celles désireux d’apporter leur contribution.

L’équipe du « Perray Vert »